Le coût très élevé que représentent les obsèques sont la raison d’être principale d’Advitam. Nous souhaitons permettre de fournir des obsèques de qualité à un prix correct. Et en plus de ce coût réduit, il est important de savoir qu’il existe diverses aides financières qui peuvent vous rembourser intégralement les frais d’obsèques, à condition de correspondre aux critères.

Les documents nécessaires pour toute aide financière

Peu importe les démarches à entreprendre pour obtenir une aide financière pour les obsèques, il est impératif de disposer au minimum de la pièce d’identité du défunt, son acte de décès et des documents d’État civil qui justifient le lien de parenté du demandeur avec le défunt, comme le livret de famille ou un acte de naissance par exemple.

Selon l’aide demandée, il y a souvent d’autres documents à fournir pour justifier de la correspondance aux critères.

Le capital décès de la sécurité sociale

Si le défunt était encore en plein exercice de ses activités au moment de son décès, la Sécurité sociale verse un capital décès. Le montant de celui-ci varie en fonction du régime d’affiliation et du salaire du défunt. Pour les employés du secteur privé, le capital est de 3404€. Pour ceux qui jouissent du statut de fonctionnaire, il est de 13 616€.

Pour accélérer le déblocage du capital pour le financement des obsèques, il faut informer rapidement l’employeur du défunt pour que les responsables des Ressources humaines se chargent des démarches. Il faudra également fournir quelques informations à la Sécurité sociale, mais, dans la plupart des cas, l’employeur accompagne les familles dans les démarches à entreprendre.

Généralement, le capital décès revient directement aux ayants droit directs, sauf volonté expresse du défunt exprimé dans un acte notarié. Dans la plupart des cas, la somme revient aux enfants, aux époux, aux ascendants, etc. Si aucun de ses successeurs directs ne se manifeste pour réclamer le capital décès, « les bénéficiaires non prioritaires » peuvent débloquer le financement suite à une demande effectuée à la Sécurité sociale.

Les assurances

Au moment de la mort d’un proche, il est préférable de s’adresser à la maison d’assurance à laquelle il est affilié pour vérifier la contraction éventuelle d’une assurance obsèques. Si tel est le cas, la maison doit obligatoirement fournir une aide financière fixée sur la base de la cotisation mensuelle versée par le défunt de son vivant. Chez certains assureurs, il est même possible de recourir aux tiers payants. La famille ne paie aucun frais, car l’assurance se charge du financement intégral des cérémonies de funérailles et des obsèques.

Les mutuelles complémentaires

Les cadres disposent d’une mutuelle complémentaire outre la Sécurité sociale. Au moment de la souscription du contrat, le défunt de son vivant a défini les bénéficiaires de la mutuelle complémentaire. Dans le cas contraire, la somme revient aux ayants droit directs selon l’ordre de succession. En plus d’un montant versé à titre de rente mensuelle aux bénéficiaires, la famille obtient également un appui financier pour les frais des obsèques. En règle générale, le montant de ce complémentaire équivaut à 3 fois le capital versé par la Sécurité sociale.

Les contrats de prévoyance obsèques

Certaines personnes, du temps de leur vivant, ont contracté une prévoyance obsèques. Si tel est le cas, la famille bénéficie d’une aide intégrale sur tous les frais liés aux obsèques et à l’enterrement, jusqu’au buffet.

Les banques

Si le secours de la Sécurité sociale prend du temps, le/la conjoint (e) ou les enfants d’un défunt peuvent demander à accéder à ses comptes dépôt et épargne pour le financement des funérailles. Sous la présentation des pièces citées au début de cet article, la banque peut accorder sous certaines conditions l’accès au capital du défunt.

D’un autre côté, certains comptes bancaires sont assortis d’une assurance décès. Si tel est le cas, le bénéficiaire est déterminé au moment de la création du compte et la totalité de l’assurance lui est versée au moment de la mort du titulaire du compte.

Les héritages

Les descendants peuvent également tirer l’aide qu’il leur faut pour les funérailles à partir de l’héritage laissé par le défunt. Pour ce faire, les héritiers doivent présenter des pièces justifiant la succession pour déduire les charges de l’actif de l’héritage.

La collectivité territoriale

Si la famille n’est pas en mesure de payer les funérailles d’un défunt qui ne jouit d’aucune assurance, la commune prend en charge les frais. Elle choisit une pompe funèbre qui effectuera les obsèques gratuitement et accordera un emplacement au cimetière communal. La famille disposera de 5 ans pour acheter cet emplacement. Faute de quoi, le corps sera mis à l’ossuaire.

Le cas du décès d’un retraité

Pour la mort d’une personne retraitée, la famille jouit d’un capital décès fourni par la Sécurité sociale. Suivant le même régime que celui des salariés, l’aide fournie à la famille équivaut à trois fois le montant de la pension pour les retraités du secteur privé et 12 fois pour ceux du secteur public. Après les obsèques, le conjoint légal et reconnu aux yeux de la loi de la personne retraitée peut demander une réversion de la pension à son compte.

Le décès d’un invalide

Seules les familles d’un invalide qui jouit d’une pension d’invalidité à la caisse de la Sécurité sociale peuvent obtenir une assistance pour les obsèques. Comme pour les retraités, le montant du financement dépend du régime d’affiliation du défunt.

Le décès d’un chômeur

Pour que la famille puisse prétendre à une aide quelconque, il faut que le défunt soit un chômeur indemnisé. Dans ce cas, la famille reçoit l’équivalent de 3 mois ou de 12 mois d’indemnisation au moment de la mort du chômeur.

Peut-on demander une aide financière quand on n’a aucun lien de parenté avec le défunt ?

Il n’est pas rare que les membres de la famille du défunt ne participent pas à ses obsèques. Dans ce cas, n’importe quelle autre personne de son entourage peut préparer les funérailles. Cependant, les démarches pour obtenir une aide financière s’avèrent beaucoup plus compliquées.