Dernière mise à jour : 07/05/2019

L’épidémie de coronavirus avance à grande vitesse dans le monde et la France n’y échappe pas. Le stade 3 du plan de lutte contre les épidémies a été atteint le 14 mars. Le virus étant contagieux, des dispositions particulières concernant les défunts doivent être respectées. 

Situation actuelle du coronavirus en France

La France est le quatrième pays d’Europe le plus touché : 137 150 personnes malades et 25 790 décès dû au coronavirus ont été déplorés. Une carte de la répartition en France de tous les cas de personnes atteintes du covid-19 est mise à jour très régulièrement par Santé Publique France.

décès dû au coronavirus.
Carte de la répartition des décès à l’hôpital suite au covid-19 en France

Le 16 mars, des mesures de confinement ont été prises afin de réduire les contacts et déplacements au strict minimum.

Afin de limiter la propagation du virus lors d’un rassemblement, des mesures ont été prises. Il est toujours possible de célébrer les enterrements dans certains cimetières mais avec un effectif très limité et tout rassemblement collectif suivant les obsèques est interdit.

Il est également recommandé d’adopter certains réflexes sanitaires durant les obsèques pour éviter la transmission du virus entre les participants.

Décès dû au coronavirus : personnels habilités

Quelles spécificités pour les obsèques d’une personne décédée du covid-19 ?

Le ministère des Solidarités et de la Santé a voté un décret le 1 avril 2020 qui modifie l’avis rendu par le Haut Conseil de la Santé Publique le 24 mars 2020 concernant la prise en charge des personnes dont le décès est dû ou probablement dû au coronavirus.

Ces documents recommandent une prise en charge classique du défunt, avec quelques précautions supplémentaires :

  • La mise en bière du défunt est immédiate.
  • La toilette mortuaire est possible.
  • Il n’est pas autorisé de pratiquer des soins de conservation ou de thanatopraxie.
  • Les toilettes rituelles ne sont plus possibles.
  • Si le décès a eu lieu à domicile, un transfert en chambre funéraire ou dépositoire doit être effectué.
  • Il n’est pas nécessaire d’utiliser un cercueil hermétique. Un cercueil simple est suffisant.
  • Les rapatriements à l’étranger sont toujours possibles, dans la mesure ou il y a des vols disponibles et ou l’autorisation du consulat est obtenue.

Ces mesures ont été prises afin de limiter le risque de propagation du virus.

Egalement, depuis le 22 avril 2020, les familles des personnes décédées et qui ont été transférées dans un hôpital en région pour désengorger ceux d’Île de France du Grand Est n’ont pas à supporter le coût du rapatriement dans la région d’origine.
Les frais liés au transport funéraire jusqu’au lieu convenu avec la famille seront pris en charge par l’établissement de santé où le patient est décédé. Ces frais seront ensuite remboursés à l’établissement de santé par l’Agence régionale de santé.

L’ensemble des équipes Advitam sont formées et habilitées à gérer ces cas spécifiques. N’hésitez pas à nous appeler au 09 77 55 39 39 ou à faire un devis sur notre site si vous souhaitez plus d’informations.