Enterrement musulman : cérémonie et rites

Au même titre que la religion juive et chrétienne, l’Islam fait partie des trois grandes religions monothéistes. Dans les traditions, l’enterrement musulman est perçu comme un passage. D’ailleurs, d’après les croyances, il est dit que l’âme du défunt resterait présente 40 jours après son décès avant de passer dans l’au-delà.

Pendant cette période douloureuse, des obsèques sont organisées en accord avec les volontés du défunt et de sa famille. Celle-ci exige une célébration de deuil aussi bien dans la mosquée qu’au cimetière. En France, beaucoup de décès ont lieu à l’hôpital. La cérémonie à la mosquée n’est pas obligatoire et elle est peu pratiquée. Si elle a lieu, elle consiste en psalmodies rituelles et récitations tirées du Coran.

Indépendamment du respect rendu au défunt, la religion musulmane réunit les proches afin de le saluer une dernière fois. Le cérémonial s’organise autour d’un imam. Il y a beaucoup de rites spécifiques à la religion musulmane, notamment le délai d’inhumation, le lavage rituel, le cortège funèbre, les funérailles, les devoirs de l’Islam, et les derniers honneurs par l’intermédiaire des prières.

Enterrement musulman

 

L’enterrement musulman

Dans les pays musulmans, les obsèques se déroulent dans les 24 heures qui suivent le décès de l’individu. Le défunt est déplacé sur une civière et enveloppé dans un drap blanc avant le coucher du soleil.

Toutefois, en France, le délai d’inhumation est un peu plus long en raison des procédures administratives. Le corps est transporté dans un cercueil pour des raisons sanitaires. Le cercueil est de manière générale en bois léger et sans capiton.

Le délai d’inhumation est également un peu plus long pour ceux qui souhaitent un rapatriement dans leur pays d’origine. D’ailleurs, le rapatriement concerne 80% des musulmans décédés en France.

Dans le cas ou l’enterrement musulman se déroule sur le territoire français, le défunt sera enterré dans un carré musulman (zone d’un cimetière dédiée à ce culte) ou dans un cimetière dédié au culte islamique. Il n’y a que trois cimetières islamiques en France, dont deux sur l’île de la Réunion. Le troisième est situé dans la commune de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Près de 70 carrés musulmans sont présents dans les cimetières municipaux français.

Les rites d’un enterrement musulman

La toilette purificatrice

Le corps d’un défunt est jugé impur, d’où l’importance de réaliser des soins de purification. Elle doit être réalisée par quatre personnes (de même sexe) de la famille du défunt. Seule exception pour le conjoint du défunt qui a le droit de l’effectuer lui-même. En l’absence de ces quatre personnes, une personne pieuse peut également effectuer le lavage rituel.

Le corps du défunt est lavé trois fois et parfumé. La bouche doit être fermée et maintenue par un bandage, et les jambes sont attachées ensemble. Le corps est ensuite recouvert par un linceul blanc qui se compose de 3 étoffes non cousues. Les bras sont disposés le long du corps, ou croisés sur la poitrine. Il est ensuite orienté en direction de la Mecque.

Le jour même de l’enterrement musulman, tous les hommes se joignent au cortège funèbre.

Le cortège funèbre

Pour rendre un ultime hommage au défunt, les personnes défilent devant le cortège mortuaire. L’imam exécute les différentes prières au cours des funérailles. De manière symbolique, trois poignées de sable sont lancées sur le cercueil du défunt.

Selon la tradition, seuls les hommes sont présents le jour de l’enterrement musulman. Les femmes et les enfants sont en retraits. Ils vont au cimetière le lendemain. Le prophète Mohammed explique ce rituel par l’hyperémotivité des femmes et des enfants, dans l’intention de célébrer le deuil en toute sobriété.

Quelques familles organisent un repas suite à la cérémonie. A ce sujet, un rite indique que les amis et les proches doivent faire à manger à la famille du défunt pendant les 3 jours suivants. L’organisation de la mise en terre est également accompagnée par des rituels précis.

La mise en terre

Pendant la mise en bière, le corps est légèrement allongé sur le côté droit, et son visage est incliné en direction de la Mecque.

Le transport du corps jusqu’à la tombe est effectué en cercueil (obligatoire en France) par 4 hommes , dans lequel le corps du défunt est recouvert par un drap blanc. La tête du défunt est découverte de manière à réciter la Shahada sans relâche. Sa formulation est « Achhadou an lâ ilâha illa-llâh, wa ashadou ana muhammad rasûlu-llâh », elle signifie qu’il n’y a de Dieu qu’Allah et que Mohammed est son messager.

Ceux qui rencontrent le cortège rejoignent et accompagnent le cercueil jusqu’au cimetière. La mise en terre est l’étape la plus émouvante du rituel. De manière générale, elle est effectuée par le service de pompes funèbres.

L’enterrement musulman, la crémation et les soins de conservation

En dehors de l’absence des femmes et des enfants le jour de l’inhumation, les coutumes islamiques sont réticentes à certaines pratiques.

En premier lieu, le don d’organes, la thanatopraxie (techniques permettant de retarder la décomposition corporelle) et la crémation ne sont pas tolérés par les croyances funéraires musulmanes. Le texte de référence en matière de traditions est le Coran, un verset indique qu’aucune atteinte à l’oeuvre de Dieu ne doit être commise.

Dans le même esprit de sobriété que celui de l’absence des enfants et des femmes, la coutume déconseille les fleurs. Par ailleurs, l’inscription d’un verset sur une stèle est autorisée. La prière est la plus importante des pratiques dans l’expression de son deuil.

Enterrement musulman

 

Les prières

Pendant la cérémonie religieuse, l’imam est un acteur incontournable. Il prononce la prière des morts à voix haute, elle comprend les glorifications d’Allah.

Cette prière, très courte, est très différente des autres. En effet, elle se récite sans prosternation ni génuflexion. Pendant sa narration, les individus restent debout.

En outre, cette même prière contient quatre tekbir, ils sont la représentation glorieuse de la parole d’Allah. La Fatiha (c’est la première sourate du Coran) est prononcée après le premier tekbir. Ensuite, les individus prononcent la prière sur le Prophète, pour ensuite finir sur celle du repos de l’âme. Puis le visage du défunt est découvert, les amis et les proches peuvent se recueillir devant le défunt, en récitant la prière de la Shahada.

 


 Vous avez aimé ce guide ?

Notez et partagez ce guide afin d’aider d’autres personnes qui seraient également concernées.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (66 votes, moyenne : 4,70 sur 5)
Loading...
2018-12-06T11:41:28+00:00